Le 05 Juin 2015

Gaspillage alimentaire : un combat de longue date

Gaspillage alimentaire : un combat de longue date

Gaspillage alimentaire : un combat de longue date

Les députés ont voté le 21 mai dernier des mesures pour limiter le gaspillage alimentaire. Ainsi, les acteurs de la grande distribution ont désormais interdiction de jeter de la nourriture. Les invendus devront être donnés, utilisés pour l’alimentation animale ou pour la fabrication de compost ou de gaz. Les grandes et moyennes surfaces devront par ailleurs conclure une convention avec une association caritative pour faciliter les dons. Chez Intermarché, nous n’avons pas attendu cette loi pour nous engager dans la lutte contre le gaspillage alimentaire. En qualité de producteur-commerçant, nous sommes soucieux de répondre aux enjeux sociétaux et environnementaux actuels. Aussi, depuis de nombreuses années nous agissons sur plusieurs fronts pour réduire au maximum la quantité d’aliments jetée. 

Soutenir l’action des associations

Le don des invendus aux associations fait partie des mesures phares que nous avons déjà mises en place. En 2014, nous avons distribué plus de 6,6 millions de repas aux Banques alimentaires, aux Restos du Cœur, au Secours Populaire français et à la Croix rouge, acteurs majeurs de l’aide alimentaire avec qui nous venons de signer une convention de partenariat. En 2011 nous avions déjà formalisé l’engagement entre nos bases logistiques, la Fédération Française des Banques Alimentaires et les Restos du cœur. Un partenariat étendu à l’ensemble de nos points de vente en 2014. Prochaine étape ? Elargir cette collaboration à nos unités de production. 

Multiplier les sources d’économie pour nos clients

En pratique, nous appliquons les mêmes exigences de qualité, d’hygiène et de traçabilité aux produits que nous donnons qu’à ceux que nous vendons. Cependant nous ne pouvons pas donner tous nos produits, pour des raisons évidentes de sécurité alimentaire parmi lesquelles, l’absence d’association d’aide alimentaire équipée de véhicules réfrigérés à proximité du point de vente par exemple. Par ailleurs, certains produits frais (poissons et crustacés, viande hachée, par exemple) ne peuvent être redistribués.

Nous pratiquons aussi la vente à date courte en appliquant des promotions sur les produits dont la date limite de consommation approche afin d’en faire bénéficier nos clients (les produits périmés sont, eux, jetés dans le strict respect des contraintes légales existantes).

Dans certains points de vente nous proposons également, à destination des animaux, la vente à prix réduit du pain de la veille, mais aussi des corbeilles de fruits et de légumes réalisées à partir de produits déconditionnés et récupérables, initialement commercialisés en pack. Autant d’occasions pour nos clients de faire des économies tout en luttant contre le gaspillage alimentaire. 

Sensibiliser le grand public

Notre action comporte également un volet sensibilisation important, dont le meilleur exemple est l’opération Fruits et légumes moches. Depuis plus d’un an nous nous engageons pour réhabiliter les fruits et légumes mis de côté à cause de leur apparence disgracieuse. Et nos clients ne s’y sont pas trompés en réservant un accueil très favorable à ces Fruits et légumes moches, et ce, dès la première opération organisée en mars 2014 dans notre point de vente de Provins. En seulement deux jours 1,2 tonne de Fruits et légumes moches a trouvé preneurs, à des prix 30 % inférieurs à ceux pratiqués habituellement.

retour